Accueil > Objectifs > Les objectifs

Les objectifs


Il s’agissait d’explorer les hypothèses, intéressant l’ensemble de la Préhistoire récente européenne, concernant l’interdépendance et la hiérarchisation des sites et de leurs territoires, et le développement d’une certaine complexité socio-politique (i.e la « chefferie », Sahlins 1974, Renfrew 1974). L’interprétation des enceintes néolithiques, au cours des 40 dernières années, a procédé d’une vision « matérialiste » (économie, échange, défense), puis « sociologique » (implications sociales et politiques) avant qu’une conception « relativiste » (identité et mémoires collectives) puis reliée à l’anthropologie de la violence et de la guerre ne polarisent le débat (Hodder 1990, Darvill, Thomas 2001, Keeley 1996) ; enfin l’impact environnemental et climatique sur les premières sociétés agro-pastorales a constitué la base des modèles suivants (Magny 2004, Gronenborn 2007), pour finir par un modèle de gestion « démocratique » des assemblées (Testart 2012). Il restait évaluer et tester ces différents modèles, impliquant les sociétés préhistoriques sous divers angles :
- l’approche paléoenvironnementale, jusqu’ici absente ;
- l’exploitation du sel, sujet de recherche assez nouveau pour la période Néolithique, ne concerne que l’Allemagne car elle seule présente de riches ressources en sel dont l’exploitation au Néolithique n’a jamais encore été explorée ;
- l’exploitation du silex, de manière approfondie pour le Bassin parisien ;
- les productions céramique, pour la première fois analysées de manière combinée sous la double approche de la typologie et de la technologie ;
- la faune, par une approche archéozoologique appliquée de manière identique aux ensembles français et allemands, de même que l’industrie en matières dures animales.
Ces multiples approches, croisées dans des bases de données et exploitées sous SIG, permettent de rendre compte de la structuration des territoires.

Approche scientifique et technique
L’étude paléoenvironnementale a consisté en de nouveaux carottages et a dressé une synthèse générale des indicateurs polliniques à l’aide d’une base de données pour la période de l’Atlantique récent (5200 à 3400 cal BC), principalement dans le Bassin parisien (Seine, Marne, Oise, Aisne). De même, des prélèvements complémentaires ont été réalisés pour compléter l’étude anthracologique.
La méthodologie d’analyse de la faune repose sur l’identification des espèces, la morphométrie, la reconstitution des courbes d’abattage, l’observation des traces de découpe pour connaître les pratiques bouchères, l’analyse des isotopes afin de reconstituer la nature de l’alimentation animale.
L’étude des matériaux siliceux (silex, grès, calcaires et pâtes céramiques) s’est appuyée sur les référentiels constitués depuis plusieurs années (lithothèque de Soissons) qui ont été complétés grâce au MK Projekt. La méthodologie mise en œuvre repose sur des prospections gîtologiques systématiques, une analyse comparée macroscopique et, pour la céramique, une lecture optique de lames minces au microscope pétrographique.
L’analyse de la culture matérielle archéologique (industrie en silex, roches tenaces, matières dures animales, macro-outillage, céramique) repose sur l’identification des chaînes opératoires à partir des stigmates macro- et microscopiques.
Pour la question de la probable exploitation du sel, les approches croisées s’appuient sur un inventaire des ressources naturelles allemandes (base de données géoréférencées), sur l’analyse spatiale et statistique (SIG), puis sur une série de carottages sur les sources salées pour rechercher les éventuelles accumulations charbonneuses, et enfin sur une série d’analyses chimiques (XRF) concernant l’utilisation de certains récipients céramique pour la production du sel ou la conservation alimentaire. Une base de données des ressources en sel (752 entrées) a été élaborée à partir d’informations issues des archives historiques, de la toponymie et de la géologie.
Les analyses territoriales s’appuient sur deux bases de données spatiales (SIG), l’une à l’échelle de toute l’aire Michelsberg pour les enceintes, l’autre dans deux fenêtres (Bassin parisien et Rhin-Main) pour un inventaire exhaustif des différents types d’occupation. Des « cartes de fiabilité » de la documentation archéologique et des « cartes de confiance » ont été réalisées selon la méthodologie du programme Archaedyn (Gandini et al. 2012). Les analyses spatiales ont combiné bases de données archéologiques et environnementales dans deux zones témoins (Aisne, Seine) à travers une série de tests statistiques variés (densité, voisinage, ACP) afin de définir des contextes environnementaux multivariés et de regrouper les sites dont les contextes sont similaires (CAH).

Le projet concerne trois aspects des V° et IV° millénaires avant notre ère, en Europe du nord-ouest :
- le cadre chronologique et le milieu naturel,
- la fonction et l’utilisation des sites (principalement les enceintes),
- enfin l’exploitation des ressources, leur circulation, et l’organisation territoriale.

MILIEU NATUREL ET CADRE CHRONOLOGIQUE

Deux aspects concernant le milieu naturel dans lequel se sont développées les enceintes Michelsberg seront abordés : celui du couvert végétal et celui du potentiel en ressources pour deux matériaux stratégiques, le silex et le sel. Le cadre chronologique de cette interaction hommes/environnement sera étudié finement et à grande échelle.

Palynologie (C. Leroyer, M. Boulen) et géomorpho-sédimentologie (M. Chartier, Y. Le Jeune)
Documentée par de nombreux profils polliniques, issus de différents bassins alluviaux (Oise, Marne et Seine) et en lien variable avec des occupations humaines, l’influence des groupes du Néolithique moyen sur le paysage végétal apparaît encore assez faible. Si une petite hausse des activités agro-pastorales se manifeste durant le Michelsberg dans les secteurs de fort peuplement, d’autres vallées semblent presque échapper à toute pression humaine.
- Objectifs. Ces données sur le paysage végétal et son anthropisation doivent être confrontées au contexte climatique de la période : datation plus fine des séquences, localisation des profils au sein de la plaine d’inondation, perception de l’importance de la lame d’eau par les cortèges hygrophiles, analyses isotopiques…
Le programme vise à faire la synthèse des acquis et à compléter les données environnementales dans les fenêtres du transect par la prospection de nouveaux gisements tourbeux hors sites archéologiques dans deux secteurs clés du projet : la vallée de la Vesle et celle de la Marne, en liaison directe avec des sites MK. On documentera le paysage qui entoure ces grands sites, parfois sous documenté (Jablines, Vignely) et on tentera d’évaluer leur impact sur l’environnement. A l’heure actuelle, un nombre suffisant de profiles polliniques est disponible pour la Hesse. En Sachsen-Anhalt des nouveaux profils ne sont pas prévus pour l’instant dans le cadre du projet. Les données disponibles suffiront pour une comparaison synthétique.
- Participants. G. Allenet, M. Boulen, M. Chartier, A. Kreuz, Y. Le Jeune, C. Leroyer, O. Weller

Les ressources
Le projet s’attache à l’étude de deux matériaux "stratégiques", le silex et le sel. On s’intéressera ici à leur dimension naturelle de ressource en tant que telle, avant d’examiner plus loin les aspects proprement archéologiques de leur exploitation et de leur circulation.

Le silex (F. Bostyn, D. Gronenborn, L. Manolakakis)
La diversité des formations géologiques affleurantes procure au Bassin parisien un potentiel important de matières premières siliceuses variées : grès, silex d’origines secondaire et tertiaire. Au Néolithique moyen, se développe l’exploitation du silex sous la forme de minières, dont la destination principale est la production de haches, mais aussi de lames en zone MK. En limite géographique de l’aire d’étude, deux sites ont fait l’objet de fouilles (Jablines), de prospections et d’étude des collections (Flins-sur-Seine). Au cœur du MK du Bassin parisien, les gîtes de Romigny-Lhéry (Marne) sont connus sans que des structures d’extraction n’y aient été identifiées. D’autres minières dans l’aire du MK, comme Spiennes (Belgique) ou Rijckholt (Pays-Bas), voient leurs productions circuler à l’échelle interrégionale.
- Objectifs. La recherche des matières premières lithiques disponibles à proximité des sites dans certaines fenêtres du Bassin parisien (Aisne, Marne) a pour but de constituer un référentiel pour l’étude des assemblages archéologiques. Des lithothèques sont déjà disponibles sur une partie du Bassin parisien (Nord-Picardie pour le silex secondaire, tous matériaux pour l’Aisne), mais un travail complémentaire est nécessaire dans les principales zones de production (Romigny-Lhéry, vallée de la Marne, confluence Seine-Oise et Vexin).
- Participants. L. Aubry (Marne-Aisne), F. Bostyn (Nord), H. Collet (Spiennes), G. Fronteau (Aisne-Marne), D. Gronenborn (Hesse), Y. Lanchon (Marne), C. Liétar (SIG), L. Manolakakis (Aisne), B. Robert (Aisne), K. Rassmann (Géophysique),.

Le sel (O. Weller, K. Sommerwerk).
L’exploitation du sel est un sujet de recherche assez nouveau pour la période Néolithique. Les travaux menés depuis dix ans dans différentes parties de l’Europe, comme dans l’est de la France, montrent l’importance qu’il faut désormais lui accorder, notamment dans les problématiques liées à la complexité socio-politique. Dans notre projet, seule l’Allemagne est concernée car elle seule présente de riches ressources en sel dans l’aire MK, dont l’exploitation au Néolithique a été encore peu explorée (Müller 1987).
- Objectifs. Il s’agira de faire l’inventaire des potentiels dans deux fenêtres du transect, en Hesse et en Sachsen-Anhalt, choisies pour la remarquable richesse de leurs ressources salifères, mais aussi pour leur exploitation historique. Il reste à identifier les exploitations du Néolithique moyen.
- Participants. O. Weller, K. Sommerwerk

Les datations (J. Dubouloz, D. Gronenborn)
- Objectifs. Trois types de contextes feront l’objet d’un programme de datation radiocarbone : les occupations archéologiques proprement dites, les sites d’exploitation du sel et les contextes paléoenvironnementaux.
La datation de la culture de Michelsberg est approximativement connue (environ 4200-3600 avant J.-C.), mais ses bornes véritables et ses différentes étapes évolutives restent à établir précisément. Le corpus actuel de dates C14 demeure faible au regard de la densité des sites et de leur large distribution ; il est également très hétérogène dans les matériaux datés, la fiabilité des contextes sélectionnés et le traitement par de nombreux laboratoires qui rend leur comparaison peu opérationnelle. Aussi, l’ensemble doit-il être repris, dans des conditions de prélèvement et de traitement conformes aux standards internationaux actuels.
De leur côté, les contextes paléoenvironnementaux et d’exploitation du sel nécessitent d’être datés précisément pour être utilisés efficacement.

FONCTIONS ET UTILISATION DES ENCEINTES

Ce projet franco-allemand se propose rechercher et dater de nouveaux sites et de nouvelles données "proxy", déterminer la nature, le rythme et la périodicité des grands types d’activité qui se sont déroulées dans les enceintes, enfin de rechercher des structurations spatiales et fonctionnelles des principaux vestiges mobiliers et de leurs éventuelles redondances.

Fouilles, sondages, contrôles de terrain (J. Dubouloz, S. Friederich, Y. Lanchon†)
- Objectifs. Dans l’optique d’enrichir le corpus de données dans trois fenêtres du transect, d’en préciser l’appartenance à la culture de Michelsberg et de récolter de nouvelles données sur la fonction et l’utilisation des enceintes, seront entrepris des prospections géophysiques, des fouilles, des sondages et des contrôles de terrain en Allemagne et en France (Aisne-Marne, Hesse, Sachsen-Anhalt).
- Participants. J. Dubouloz (Aisne), S. Friedrich et F. Lüth (Sachsen-Anhalt), Y. Lanchon† (Marne), S. Fetsch, D. Gronenborn (Hesse), J. Schröter (Sachsen-Anhalt), K. Rassmann (Prospections géophysiques-équipement technique)

Analyse des mobiliers
- Objectifs. Dans l’étude des mobiliers on cherchera principalement à déterminer les grands types d’activités qui se sont déroulées dans les enceintes. Les mieux connues d’entre elles - Carvin (Nord), Mairy (Ardennes), Bazoches-sur-Vesle (Aisne), Vignely (Seine-et-Marne), Noyen-sur-Seine (Seine-et-Marne) - constitueront les pôles principaux de ce travail. Diverses possibilités d’interprétation découleront des résultats de cette enquête, sur la nature de(s) (l’)occupation(s) - domestique vs non domestique, permanence vs périodicité - et sur l’aire d’interaction et d’intégration dont ces vestiges témoignent à l’échelle locale, mais aussi supra-locale et régionale.
- Technologie et typologie de l’industrie en silex (F. Bostyn, D. Gronenborn, L. Manolakakis).
La caractérisation des productions en fonction des matières premières aura pour but de préciser les modalités de leur importation (du bloc testé au produit fini). L’évaluation de la proportion de chaque catégorie d’outil alimentera la réflexion sur la fonction des sites.

JPEG - 232.6 ko
Lames et armatures de flèches perçantes du Michelsberg de l’Aisne (CNRS, Cliché S. Oboukhoff)

- Matériau et typologie des outils macro-lithiques (C. Monchablon)
Le macro-outillage en grès et parfois en calcaire concerne principalement les activités de mouture, de polissage-abrasion (de minéraux, os, bois,…) et de traitement des fibres végétales. Leur reconnaissance, par l’étude techno-fonctionnelle des séries de Carvin, Bazoches-sur-Vesle et Osly-Courtil est importante pour l’interprétation de ces sites.
- Etude de la consommation carnée et d’une éventuelle saisonnalité (L. Hachem)
Des analyses complémentaires (à Bazoches-sur-Vesle, Osly-Courtil et Crecy-sur-Serre) sont nécessaires pour engager une synthèse sur l’alimentation carnée et sur l’élevage au Michelsberg et pour traiter des questions du mode d’occupation des enceintes.
Le problème de la durée d’occupation permanente ou saisonnière de ces sites est un premier point à traiter par la comparaison des courbes d’abattage des bovins et des suidés et par l’analyse isotopique des dents (50 échantillons). L’environnement dans lequel l’élevage des bovins s’est pratiqué - espace ouvert ou espace clos ? apport de fourrage ? - constitue un deuxième point à aborder. L’analyse du C13 devrait pouvoir répondre à ces interrogations en comparant les signaux chimiques des bovins domestiques et des aurochs.
On cherchera enfin à établir le lien existant entre le type d’habitat et le type de consommation et de rejet.
- Techno-typologie de l’outillage en os (Y. Maigrot)
L’analyse fonctionnelle des outils en os et une appréciation de leur statut (outil fonctionnel ou symbolique) fourniront des indicateurs sur la fonction des sites et des activités. On cherchera en particulier des outils impliqués dans les activités artisanales spécifiques (céramique, traitement des peaux, des matières végétales, etc.).
- Carpologie et anthracologie (M.F. Dietsch-Sellami, A. Kreuz, A. Salavert)
La priorité sera donnée aux synthèses régionales, en envisageant cependant un complément d’analyse sur quelques sites français (Bazoches et Carvin).
- Etude des matériaux, typologie et technologie céramiques (C. Colas, J. Dubouloz, F. Giligny, S. Kuhlmann, L. Manceau, M. Regert, B. Robert, B. Vanmonfort)
L’analyse des matériaux céramiques peut être engagée à l’échelle micro-régionale de la vallée de l’Aisne grâce au référentiel des ressources établi pour cette région (B. Robert). On traitera, pour les grandes enceintes de Bazoches-sur-Vesle et de Maizy, des questions d’homogénéité/ hétérogénéité des productions retrouvées et de la réalité des éventuelles importations et échanges à courte et longue distance. Cette approche concerne directement les hypothèses de centre supra-local attachées à l’interprétation de tels sites.

JPEG - 91.2 ko
Céramique de l’enceinte Michelsberg de Bazoches-sur-Vesle (CNRS, Cliché Trajectoires).

On souhaite également caractériser les variantes de fabrication et identifier les traits techniques communs à l’ensemble du Michelsberg et ceux propres à chaque région ou à chaque site. Des analyses préliminaires des résidus organiques seront engagées pour servir de test à l’élaboration d’un véritable projet dans l’avenir sur la fonction des vases (M. Regert).
Dans la partie nord de la région du Rhin supérieur, les données relatives à la culture de Michelsberg feront l’objet d’une synthèse ; elles seront enregistrées dans la future banque de données commune selon des critères normalisés et comparables sur le plan extrarégional. Les travaux universitaires en cours et ceux prévus dans les années à venir constitueront la base de cet collecte de données à large échelle (Kuhlmann 2008 ; en prép. ; Richter en prép.).

JPEG - 146.5 ko
Céramique Michelsberg de l’enceinte de Kapellenberg (Hesse) (cliché RGZM).

-  Participants. F. Bostyn, V. Brunet, C. Colas, H. Collet, R. Cottiaux, J. Coudert, M.F. Dietsch-Sellami, J. Dubouloz, E. Ghesquière, F. Giligny, D. Gronenborn, L. Hachem, R. Irribarria, F. Joseph, A. Kreuz, S. Kuhlman, C. Laurelut, Y. Maigrot, L. Manolakakis, C. Marcigny, C. Monchablon, I. Praud, M. Regert, B. Robert, A. Salavert, J. Schröter, B. Vanmonfort.

Structuration des rejets et analyses spatiales intra-sites (J. Dubouloz, Y. Lanchon†, K. Rassmann)
- Objectifs. Dans quelques cas (Carvin, Bazoches-sur-Vesle, Vignely, Noyen-sur-Seine, Mairy) l’ampleur des fouilles et leur bonne représentativité vis-à-vis des occupations originelles permettent d’envisager une analyse spatiale des vestiges mobiliers. L’objectif est ici, par l’étude de la combinaison et de la répartition des principales catégories de matériaux, de définir des assemblages précis et d’en saisir les éventuelles redondances : à l’intérieur de chaque site, comme entre les sites. Les principaux modes de rejets seront ainsi repérables (domestiques/non-domestiques,...) et leur distribution spatio-temporelle sera examinée pour reconstituer des fragments inédits de l’histoire de l’occupation de ces sites.
- Participants. L. Aubry, J. Dubouloz, Y. Lanchon†, C. Laurelut, C. Monchablon, I. Praud, J. Schröter

EXPLOITATION DES RESSOURCES, CIRCULATION, TERRITOIRES

Le silex et les roches exogènes
(F. Bostyn, L. Manolakakis, Bassin Parisien ; D. Gronenborn, Hesse)
- Objectifs. L’analyse des matériaux lithiques et la reconnaissance des gîtes, dont certains sont éloignés de plusieurs centaines de km, a pour objet la reconstitution des réseaux de circulation. Des choix différents, entre des matériaux essentiellement locaux ou à dominante exogène, doivent éclairer les notions de contrôle des ressources ou les modalités de circulation. On caractérisera les productions locales sur les minières et les enceintes. On cherchera à mettre en évidence des aires de circulation préférentielle, à déterminer la hiérarchie et le rôle de chaque site sur le contrôle de la production ou la circulation des matériaux.
- Participants. F. Bostyn, H. Collet, F. Charraud, N. Le Maux, L. Manolakakis

Le sel. Hesse et Sachsen-Anhalt (O. Weller, S. Friederich, K. Sommerwerk)
- Objectifs. L’exploitation des sources salées au Néolithique moyen, mise en évidence et analysée en Franche-Comté/Jura, montre une liaison forte entre la localisation de cette ressource et celle des enceintes et éperons-barrés. On se propose de faire la même enquête dans les deux fenêtres du transect, en Hesse et en Sachsen-Anhalt.
- Participants. A. Dufraisse, S. Friederich, C. Galinand, M. Hees, A. Kreuz, K. Sommerwerk, O. Weller.

Organisation territoriale et société (M. Chartier, J.-P. Demoule, F .Giligny, D. Gronenborn, F. Lüth)
Les études entreprises dans le cadre des problématiques thématiques serviront d’assise pour une comparaison intra-culturelle des processus socio-culturels au sein des différents territoires de la culture de Michelsberg. A cet effet, la collecte de données normalisées et leur traitement dans une banque de données centrale s’avère nécessaire. Sur cette base, il sera possible d’appliquer des méthodes standardisées pour effectuer des analyses multidimensionnelles et spatiales. Un serveur central, des banques de données centrales et l’utilisation de programmes Open Source SIG constitueront l’infrastructure indispensable pour la réalisation de ce projet.
- Objectifs. Un des buts principaux de ce programme est la production de modèles d’occupation du territoire intégrant les données archéologiques et environnementales. À partir de la seconde moitié du Ve millénaire av. n. e., une relation apparaît entre hiérarchisation du territoire et structuration spatiale des productions. On s’interrogera sur le rôle des productions de haches en silex dans le Bassin parisien, au Michelsberg, ou celui du sel en Allemagne, dans la structuration régionale des territoires. En effet, le réseau des enceintes semble plus important, dans les régions à densité importante d’exploitation du silex ou à potentiel en sel, régions qui sont souvent celles des premiers foyers de colonisation néolithique. Les modalités d’occupation du milieu changent également, les zones basses et humides, tels que bords de marais, de chenaux, sont occupés, certainement en liaison avec des activités pastorales et l’utilisation des prairies humides.

       
       
NOUS CONTACTER :

UMR 8215 - Trajectoires

21 Allée de l'Université
92023 NANTERRE CEDEX